Quels sont les différents styles de management ?

Le style de management est l’ensemble des procédés sur lesquels se base un responsable afin de diriger ses collaborateurs. Au sein d’une organisation, plusieurs modèles sont décelés et varient entre autres selon la personnalité du manager. Voici un aperçu des différents styles de management ainsi que les avantages et les inconvénients liés à chaque catégorie.

Le management directif

Il s’agit du premier style de management qui, comme son nom l’indique, confère le plein de pouvoirs au responsable. Son application implique que seul le supérieur hiérarchique prend les décisions, contrôle et donne les directives à suivre. Dans ce type de management, les collaborateurs n’ont pas leur mot à dire et doivent se contenter d’obéir.

La communication est descendante et le dirigeant donne peu, voire pas d’explications sur les motifs qui sous-tendent ses décisions. Il ne laisse pas de place à l’autonomie pour son équipe, ce qui engendre le manque de créativité. S’il faut mettre un avantage à l’actif du management directif, c’est que l’efficacité et le rendement sont accrus. Toutefois, ce modèle est source de mal-être au travail et cause des difficultés relationnelles au sein des collaborateurs.

Le management démocratique

Le management démocratique permet aux collaborateurs d’exprimer leurs opinions, même si la décision finale revient au responsable. Ce dernier reste à l’écoute des divers avis et autorise les réflexions au sein de son équipe. Il consulte les salariés avant d’agir et de décider, une approche qui renforce la motivation de ceux-ci.

Ce style de management a l’avantage de favoriser les débats constructifs pour aboutir à une productivité optimale. Néanmoins, il ne faut pas l’appliquer avec des salariés pour qui, l’action/réaction prime au travail. Il s’agit des collaborateurs qui pensent que les échanges ou débats sont une perte de temps.

Le management persuasif

Le style de management persuasif est une approche paternaliste basée sur le leadership du responsable qui l’assume. Il est impliqué dans les prises de décision même s’il demeure ouvert en gardant un côté humain. Avec ce modèle, le dirigeant cherche à convaincre ses collaborateurs et fournit des explications sur ses motivations.

Le management persuasif combine en réalité autorité et bienveillance pour contribuer au sentiment d’appartenance à une équipe. Il renforce la cohésion au sein de cette dernière et la loyauté règne sur toute la chaîne. Les différends sont moins nombreux et les conflits sont mieux appréhendés s’ils surviennent. Par ailleurs, ce style est peu ouvert et l’espace de liberté offert aux collaborateurs est limité.

Le management autonome

Le management autonome implique que le responsable délègue l’ensemble des tâches à son équipe. Vous devez savoir que les collaborateurs disposent d’une grande liberté afin d’être plus créatifs. Une large marge de manœuvre leur est laissée et ils sont régulièrement consultés lors des prises de décisions. Comme résultat, vous remarquerez une :

  • implication dans la vie de l’entreprise,
  • communication fluidifiée,
  • ambiance de travail bénéfique.

Cependant, le management délégatif peut engendrer des risques psychosociaux dus à une pression un peu élevée. Ce style n’est pas à appliquer avec des collaborateurs à tendance flemmarde qui ont parfois besoin d’être recadrés pour avancer.

Le management participatif

Très en vogue dans de nombreuses entreprises, le management participatif demeure le plus ouvert de tous les styles. Il est considéré comme humaniste parce que les besoins des collaborateurs ainsi que leurs attentes sont pris en compte. Le responsable reste à l’écoute des salariés (parfois sur le plan personnel) et facilite les interactions entre chacun. Dans ce modèle, les directives sont moins unilatérales (plutôt transversales) et la prise en main des carrières est optimale.

Il favorise le sens au travail, la motivation accrue, une bonne gestion des talents et la compétitivité de la société. Néanmoins, il faut dire qu’avec ce style, l’entreprise peut tendre vers une certaine anarchie. Une désorganisation est envisageable surtout si le responsable n’est pas bien aguerri pour ce modèle.

En somme, retenez que les cinq modèles suscités sont les plus observés dans les entreprises. Comme vous l’aurez compris, chaque style a des avantages et possède des inconvénients pouvant impacter positivement/négativement la vie de la société. Il vous revient donc d’adopter le vôtre tout en veillant à l’atteinte des résultats, mais aussi au bien-être au travail des salariés.